INTERVIEW – La ruche qui dit oui

Oui au terroir !

« Manger mieux, manger juste », tel est le leitmotiv de la Ruche qui dit Oui, entreprise d’économie sociale et solidaire créée en 2001 en France. Présentation d’un concept qui dit oui au local et au terroir, avec Virginie Bordot, Responsable d’une Ruche depuis 5 ans dans les Alpes-Maritimes.

S.F : Bonjour Virginie. Pouvez-nous présenter La Ruche qui dit Oui ?
V.B : La Ruche qui dit Oui est un site de vente en ligne de produits locaux. Il s'agit d'un réseau d'achat direct aux producteurs locaux, répartis en différents points de distribution appelés « Ruches ». Fruits, légumes, viande, produits laitiers… l’idée de ce concept est de faire venir les producteurs et artisans locaux aux consommateurs via une plateforme en ligne. Ainsi, chaque « Ruche » a pour mission de regrouper les producteurs du terroir et favoriser ainsi le manger local.

S.F : Comment s'organisent les Ruches ?
V.B : Les « Ruches » sont présentes sur toute la France ainsi que dans d’autres pays tels que l’Italie, l’Allemagne, la Suisse, la Belgique ou encore l’Espagne ! Chaque Ruche est confiée à un responsable qui gère l’ensemble de ses producteurs sur une étendue de 250 km maximum. Par ailleurs, les critères d’implantation sont différents selon les secteurs. Par exemple, la Ruche ne doit pas être à plus de 10 minutes à pieds pour Paris et pas de plus de 20 minutes en voiture en Bretagne. Dans les Alpes-Maritimes, sur mon secteur, on en compte une dizaine au total dont 4 à Nice.

 

 

S.F : En quoi consiste le travail d’un responsable de Ruche ?
V.B : Le responsable de Ruche est garant d’un commerce de proximité avec une offre de consommation locale et de qualité. C’est lui qui sélectionne les producteurs de son secteur après leur avoir rendus visite personnellement. Nous veillons à ce que le producteur ou l'artisan ne soit pas un revendeur et fasse bien du local selon des critères propres à chaque Région (dans les Alpes-Maritimes, nous valorisons par exemple l’agriculture raisonnée). Nous vérifions également qu’il y ait un respect des prix sur les panels de produits proposés.

S.F : Comment fonctionne la plateforme pour le consommateur ?
V.B : Le consommateur a accès à des produits de qualité du terroir de la région où il habite. Après s’être rendu sur la plateforme en ligne, il choisit au catalogue ses produits. Une fois sa commande en ligne confirmée et réglée, il vient récupérer physiquement ses achats à un point relais que nous définissons en amont. Ici, à Antibes, les commandes se font du mercredi au mardi de la semaine suivante avec une livraison le vendredi. La récupération du panier se fait donc essentiellement au point de distribution qui peut être aussi bien un restaurant, qu’un café ou un lycée, avec suffisamment de place pour accueillir les consommateurs ! Parfois certains producteurs viennent nous aider pour la distribution et j’aime ces moments car ils sont vraiment conviviaux et humains !

S.F : Comment fonctionne la plateforme pour le producteur ?
V.B : Le producteur prépare son catalogue et fixe pour chaque produit la quantité disponible. Bien sûr, l’offre évolue selon la météo, les besoins, les saisons. Le producteur livre chaque semaine ce qui lui a été commandé au catalogue en ligne par les consommateurs. Il optimise ainsi ses déplacements lors des livraisons et limite également les pertes et gâchis. Chaque producteur peut venir au lieu de distribution mais il n’est pas obligé d’aider à la vente.

S.F : Invitez-vous des producteurs d’autres régions au sein de votre Ruche ?
V.B : Oui, nous pouvons inviter des producteurs pour diversifier l’offre et faire découvrir des spécialités de leurs régions. Dans les Alpes-Maritimes par exemple, nous avons beaucoup de chèvres et peu de vaches. A la période hivernale et des raclettes, il est intéressant de faire venir des producteurs de Haute-Savoie !

S.F : Qu’est ce-qui vous motivée à créer et gérer votre Ruche ?
V.B : J'ai vécu à Rennes, ville qui a l’un des plus grands marchés de France, et issue d’une famille d’agriculteurs, je suis sensible au bien manger et au manger local avec des produits frais et de saison. Il y a 5 ans, date à laquelle j’ai lancé ma Ruche au sein de la Ruche qui dit Oui dans les Alpes Maritimes, il était difficile de trouver des produits locaux en ville. J’ai eu envie de défendre mes valeurs personnelles et familiales et recréer du lien entre les producteurs et consommateurs avec le développement d’un accès au local.

S.F : Qu’est ce-qui vous motivée à créer et gérer votre Ruche ?
V.B : J'ai vécu à Rennes, ville qui a l’un des plus grands marchés de France, et issue d’une famille d’agriculteurs, je suis sensible au bien manger et au manger local avec des produits frais et de saison. Il y a 5 ans, date à laquelle j’ai lancé ma Ruche au sein de la Ruche qui dit Oui dans les Alpes Maritimes, il était difficile de trouver des produits locaux en ville. J’ai eu envie de défendre mes valeurs personnelles et familiales et recréer du lien entre les producteurs et consommateurs avec le développement d’un accès au local.

« Donner à tous les moyens de mieux se nourrir et soutenir les agriculteurs qui cultivent un monde meilleur ».